dimanche 21 décembre 2014

Mode années 70


L’audace est sans aucun doute ce qui définit le mieux la mode 1970. On ose les pois, les rayures, les superpositions, les paillettes, les associations de couleurs… les années 70 sont synonymes d’extrême. Les différents courants culturels sévissant à cette période ont tous en commun de ne reculer devant rien ; les hippies, les punks et les fans de disco s’expriment aussi bien à travers la musique qu’à travers leurs tenues vestimentaires.

La libération de la femme et mai 68 ont fortement influencé la mode des années 1970 : le pantalon est définitivement devenu unisexe, les femmes portent les cheveux aussi bien courts que très longs et les ventes de jeans en Europe augmentent de 300% entre 1970 et 1976. Les hippies, dont le mouvement commence à s’essouffler vers 1975, introduisent le pantalon patte d’éléphant, serré aux cuisses et évasé à partir des genoux, qui devient l’un des symboles de la mode 1970. Le tout nouveau mouvement disco qui arrive des Etats-Unis au début des années 1970 s’empare aussi du « pattes d’eph’ ». Les stars internationales imposent leur style: Dalida s’affiche en paillettes et les coupes de cheveux « Farrah Fawcett » sont à la mode, le groupe ABBA se produit en combi pantalon et chaussures plateformes et les Bee Gees portent le fameux col pelle à tarte.

Les couleurs vives sont très présentes pendant les années 1970 : les couleurs dites « soleil », comme le jaune, orange et rouge ; et des couleurs flashy comme le rose, le bleu électrique et le vert pomme. Le doré et l’argenté s’imposent en même temps que les strass. Les premiers vêtements en vinyle font leur apparition ainsi que ceux en matières plastiques. L’âge d’or des créateurs de mode arrive à la même époque, avec la création de nombreuses maisons de prêt-à-porter telles que Kenzo, Thierry Mugler et Jean-Charles de Castelbajac, parallèlement, de plus en plus de maisons de haute couture ferment leurs portes.

La mode 1970 voit naître le mouvement punk en 1976 avec en tête de file les anglais de The Sex Pistols et les américains des Ramones. Leur style vestimentaire s’impose auprès de leurs amateurs : le tartan à tout va, le blue-jeans troué sous un kilt et les accessoires indispensables : les épingles à nourrice, le bracelet à clous et les grosses bottes Dr Martens. La créatrice de mode Vivienne Westwood est la première créatrice à s’être illustrée dans la mode punk avec sa boutique « Sex » ouverte à Londres en 1971.


samedi 20 décembre 2014

Le métier de la mode en France


La mode concerne en France 48 000 salariés dans 4 000 entreprises et, phénomène notable, les hommes semblent de plus en plus s’y intéresser. En effet, en 2009, les Français, hommes ou femmes, âgés de 15 à 29 ans, ont dépensé la même somme pour s’habiller, soit 3,9 milliards d’euros.
Réputée dans de nombreux pays, la mode française se vend et s’exporte, c’est un secteur en expansion !
C’est en région parisienne que se trouve un tiers du travail dans le textile et la mode. Viennent ensuite les régions Rhône-Alpes et Pays de la Loire. Notons tout de même que l’industrie de la mode est présente dans toutes les régions.

Un tour d’horizon de la consommation
Les femmes restent globalement les plus dépensières. Elles ont acheté, en 2009, 422 euros de vêtements, contre 360 euros pour les hommes. Les ventes de petites pièces (tee-shirt et autres « hauts ») chez les femmes ont toujours autant de succès, tandis que les achats des hommes se sont plus orientés vers l’indémodable jean.
Les plus gros vendeurs sont les chaînes de vêtement, les supermarchés et les magasins indépendants. Le boum d’Internet promet cependant de bientôt amener la vente par correspondance sur le podium.
La haute couture, qui fait la réputation de la France, est réservée à petit nombre de clientes et génère très peu d’emplois. Toutefois, de nouveaux stylistes peuvent encore se frayer un chemin.

Conseils pour percer !
Devant la concurrence, on ne saurait que trop vous recommander d’enrichir votre book (votre CV artistique !) et de multiplier les stages et petits jobs chez des stylistes ou maisons de couture.
La mode est l’un des secteurs industriels qui pâtit le plus des importations massives et bon marché des pays asiatiques et sud-américains.
Du coup, la production pure et dure se réalise désormais à l’extérieur du pays, en délocalisation... Cette nouvelle donne avantage par contre les profils commerciaux et marketing qui savent jouer avec la concurrence internationale.
Pour tous les intéressés de la mode, sachez quand même que vous ne prenez pas une voix facile. Il vous faudra du travail et encore du travail. Les 35h ne seront pas pour vous, et pour trouver le succès il faudra aller le chercher. Vous devrez vous démarquer des autres, par l’originalité de votre style. Patience et persévérance seront donc vos maîtres-mots !
« L’aboutissement de mois de travail lors des défilés est une réelle satisfaction »,

Créateur textile mode et / ou ameublement
Description du métier : Conçoit et met au point les collections des tissus, définit des gammes de coloris, les armures, l'ennoblissement, selectionne les dessins, les colorations, les matières, collabore avec la production pour la mise au point des produits, crée des illustrations sur tissus (graphisme) à l'aide d'outils informatiques.
Qualités personnelles : Créativité, autonomie.
Compétences professionnelles : Dessin, connaissance des matériaux, modélisme.
Type d'entreprises proposant ce poste : Bureaux de styles, entreprise textile.

Costumier de cinéma et théâtre
Description du métier : Participe à l’élaboration d'un film ou d’une pièce de théâtre, choisit en fonction d¹un scénario les vêtements des acteurs (shopping auprès des attaché(e)s de presse, dans les boutiques ou aux marchés aux puces) ou réaliser des costumes adaptés au style et à l'ambiance d’un film ou d’une pièce de théâtre.
Qualités personnelles : Excellente culture générale, adaptabilité, qualités commerciales.
Compétences professionnelles : Histoire du costume, couture.
Type d'entreprises proposant ce poste : Sociétés de production, troupes de théâtre.

Modéliste
Description du métier : Responsable de la réalisation du prototype et du bien-aller du vêtement à partir du croquis, il met en volume les croquis, réalise les toiles, élabore le patron de base.
Qualités personnelles : Adaptabilité, rigueur, rapidité.
Compétences professionnelles : Modélisme, dessin, coupe à plat, moulage, montage, fabrication, couture.
Type d'entreprises proposant ce poste : Marques de Prêt-à-Porter, entreprises textiles.
Créateur
Description du métier : Présente une ligne de vêtements et/ou d' accessoires sous son nom, est à la tête de son entreprise et gère une équipe de commerciaux et d'assistants plus ou moins grande (selon ses moyens).
Qualités personnelles : Ténacité, volonté, autonomie, grande capacité de travail, sens de la méthodologie et du positionnement.
Compétences professionnelles : Véritable homme orchestre dans le milieu de la mode, le créateur doit savoir tout faire, de la conception à la création de vêtement en passant par la communication et le merchandising.
Type d'entreprises proposant ce poste : Freelance
Directeur de studio
Description du métier : Anime une équipe de stylistes, compose, structure et coordonne la création, définit la stratégie produit avec le créateur, le directeur du marketing, gère la collection (calendrier, plannings, réunions de collection, argumentaire commercial), gère avec la direction artistique l'image de la marque (publicité).
Qualités personnelles : Autorité, cohérence de la vision d’ensemble.
Compétences professionnelles : Connaissance des tendances, merchandising, marketing.
Type d'entreprises proposant ce poste : Grande entreprise textile


vendredi 19 décembre 2014

Salon St Marie aux mines Naissance de Mode et Tissus


Salon Mode et Tissus - 26ème Edition Printemps/Eté : du 19 au 22 mars 2015


1. Introduction

Vallée vosgienne située sur le versant alsacien, le Val d’Argent, et plus particulièrement Ste-Marie-aux-Mines, doit sa renommée à plus de 250 ans d’histoire industrielle textile.

Autour de cette activité, le Val d’Argent décline 2 événements dont l’ampleur dépasse largement ses frontières : la Fête du Tissu (de 1973 à 2001) ; depuis 1995 le Carrefour Européen du Patchwork et depuis l’automne 2002, Mode et Tissus.

Cette dernière, est devenue un rendez "Mode" attendu chaque année par les quelques 10 000 visiteurs qui se déplacent en Val d’Argent.

2. Une manifestation née il y a 40 ans

La Fête du Tissu a été créée en 1973 par 7 industriels de Ste Marie aux Mines souhaitant promouvoir et vendre leur production. Surpassant les différentes crises textiles, la Fête du Tissu a su se maintenir et se développer grâce notamment à de multiples partenariats dans le monde de la mode. Citons la collaboration avec un groupe de jeunes stylistes, « Ainsi sont-ils », en 1988, avec la corporation de la couture depuis 1998 ou encore avec le couturier mulhousien Giuliano Barioni.

Né à l’automne 2002 de la fusion entre les Fêtes du Tissu et Créatiss, Mode et Tissus exprime la volonté des organisateurs de perpétuer un événement qui tient une place à part sur la scène de la Mode en Alsace.

3. Mode et Tissus, 2 événements par an 
 
Mode et Tissus s’est imposé au fil des années comme une manifestation de référence sur le marché de la confection. Avec la réunion d’une quinzaine de fabricants français, spécialisés dans la production de tissus haut de gamme, Mode et Tissus constitue un rendez-vous incontournable pour les particuliers souhaitant acheter du tissu au mètre. Ces mêmes fabricants comptent parmi leurs clients les noms les plus prestigieux de la haute couture française.

Unique événement de ce genre dans l’est de la France, les 2 éditions de Mode et Tissus attirent chaque année plus de 10 000 visiteurs.

Depuis une dizaine d’années, des artisans, créateurs et commerçants ont été associés à cet évènement afin de proposer à la clientèle une offre complète de tous les accessoires de la mode : chapeaux, bijoux, sacs à main …

Des créateurs de mode qui présentent des collections de vêtement utilisant les tissus des fabricants. Expression des savoirs-faire, ces présentations de mode illustrent toute la créativité de ce secteur.

Véritable rendez-vous des métiers de la mode, Mode et Tissus propose également une association originale avec un cabinet de conseils en image. Des conseils utiles pour choisir les bons coloris de tissus, adapter le maquillage, la coiffure …

jeudi 18 décembre 2014

Une surjeteuse, à quoi ça sert ?


La surjeteuse sert à couper proprement le bord du tissu et à le surfiler, pour éviter les petits bouts de fils qui pourraient se former tout autour. Avec une surjeteuse, on peut aussi utiliser un point roulotté, qui correspond à un point de bourdon au bord du tissu. Ce point est utilisé pour faire des petites bordures en fil à la place d'un ourlet.
Les surjeteuses permettent également de coudre en même temps qu'on surfile, en jouant sur le nombre de fils et d'aiguilles utilisés. Dans ce cas, ça représente un gain de temps considérable. Mais attention, une surjeteuse ne remplace pas une machine à coudre ! Il y a des points qu'une surjeteuse ne peut pas faire.

Est-ce que c'est indispensable ?

Non. On peut très bien se passer de surjeteuse. Par contre, une fois qu'on a essayé, c'est très difficile de revenir en arrière. Certaines personnes font même tous les assemblages à la surjeteuse. La surjeteuse permet de gagner beaucoup de temps, avec une utilisation relativement simple - tant qu'on n'a pas à réenfiler tous les fils. Mais c'est un budget assez important, et quand on débute, ou qu'on ne fait de la couture qu'occasionnellement, il est facile de comprendre qu'on préfère passer un peu plus de temps plutôt que de se lancer dans un tel investissement.
Si on n'a pas de surjeteuse, on peut utiliser une autre méthode pour surfiler. Il suffit d'utiliser le point zigzag de la machine à coudre, en suivant tous les contours de la pièce, à 1,5 cm de la ligne de couture sur les surplus de couture. Pour les ourlets, placer le point zigzag à 3 ou 4 cm de la ligne de couture, sur le surplus d'ourlet. Ensuite, il faut couper au ras du point zigzag (sans couper les points eux-mêmes), de façon à ce que le zigzag soit au bord de la pièce de tissu.

Qu'est-ce qu'une surjeteuse?

C'est une machine permettant  de couper, piquer et surfiler les tissus en une seule opération afin d'obtenir des finitions de professionnels grâce aux différents points de chaînettes. Une surjeteuse permet de surfiler, assembler, faire des roulottés et des points décoratifs tels le flat-lock.
Les coutures effectuées sont élastiques et particulièrement adaptées aux tissus modernes comme le jersey et le lycra. Ceci est permis par le système de transport différentiel qui garantit des coutures plates sur des tissus fins tels les mousselines, le voile, l'organza...et des boucleurs, qui acceptent toutes sortes de fils, cordonnés et autres rubans ou élastiques.
Certains modèles font même un ourlet.

Le transport du tissu est effectué par une combinaison de griffes d'entrainement, un couteau supérieur mobile, un couteau inférieur fixe et deux boucleurs; un supérieur et un inférieur.
Selon le modèle une surjeteuse dispose de un ou deux doigts de maillage pour former les points overlocks.

Les différentes  gammes de surjeteuses
Les surjeteuses existent en deux, trois, quatre voire cinq fils. Les plus répandues ont quatre fils, soit deux aiguilles et deux boucleurs.
Il existe aussi des surjeteuses 4 fils avec points de recouvrement avec un troisième boucleur de chainette double ce qui permet de coudre à l'intérieur d'une pièce de tissu pour piquer un ourlet.

Un volant, comme sur la machine à coudre, permet de faire avancer le travail, lever, abaisser l'aiguille, mais on l'utilise très peu.
La surjeteuse, grosse consommatrice de fil, nécessite deux, trois ou quatre cônes ou de grosses bobines ménagères. Des bobines de fil de type industriel peuvent être aussi utilisées. Des cônes porte-bobines en plastique servent d’anti vibreur mais il faut les retirer lors de l’utilisation de bobines familiales et mettre des rondelles de maintien comme montré ci-contre
Des fils différents peuvent être utilisés pour les aiguilles et les boucleurs. Chaque fil passe dans un support de guide fil, puis dans un tenseur de fil. Quatre guides identifiés par un code de couleurs pour faciliter l'enfilage.
La procédure d'enfilage est spécifique à chaque surjeteuse et il faut respecter l'ordre conformément au mode d'emploi. On commence toujours par les boucleurs (supérieur/inférieur) pour terminer par les aiguilles.
Le parcours d'enfilage est repéré par des couleurs sur la machine. Ne pas oublier les disques de déviation des disques, les anti-vibreurs selon les bobines utilisées.

mercredi 17 décembre 2014

La robe qui me va :


Le profil : une silhouette fine à la taille et aux hanches peu marquées et une petite poitrine.
L'astuce : pour féminiser une silhouette "rectangulaire" et androgyne, on choisit un modèle de robe fait de courbes et tout en volume. On mise alors sur les smocks, les fronces, les plis, les volants et les imprimés, le tout accessoirisé d'une ceinture pour une taille bien marquée et une silhouette féminisée.
La bonne coupe : les robes avec un col V, les coupes de style empire évasées en bas, les robes blouses ou encore les formes trapèze ou volantées.
Le plus : on accessoirise notre robe de bijoux et de talons pour encore plus de féminité.
A éviter : les robes portées très près du corps qui accentueront la minceur et les robes à cols ronds qui mettent en valeur une poitrine menue.
  

·      Je suis menue : la robe volume
·      Je suis ronde : la robe fluide
·      Je suis petite : la robe courte
·      Je suis grande : la robe longue
·      J'ai des épaules larges : la robe à manches
·      6.J'ai des hanches larges : la robe évasée