dimanche 28 février 2016

Comment s'habiller en fonction de sa morphologie?


Vous êtes unique: votre style doit l'être aussi. Pour être bien dans vos vêtements, le secret est d'en choisir qui sont adaptés à votre morphologie. Comment composer avec ces parties du corps qui vous dérangent? Gros mollets, ventre rond ou petite poitrine: pas de panique, nos conseils morphologie vous éclairent sur la bonne tenue à adopter.

Oubliez votre garde-robe d'ado
Pour faire évoluer votre style, il va vous falloir apprendre à dire au revoir à votre tenue fétiche : le jean + sweat à motifs BD + baskets qui vous font ressembler à vos enfants. Profitez-en pour oublier les pulls pelucheux, pantalons trop sport, jeans délavés et détendus, chaussures fatiguées... L'allure négligée n'est plus de mise. Les tenues passe-partout qui banalisent non plus. Vous êtes prête à " devenir une femme ", vous pouvez vous en donner les moyens. 

Femme ne veut pas dire "fifille"
Pensez plutôt jupe droite style crayon ou jupon de soie droit que jupette à volants. Pour couper avec le style girly sans tomber dans un genre " dame ", portez vos jupes avec une chemise masculine près du corps ou un molleton fin (American Vintage, Majestic), des escarpins bien décolletés (Avril Gau) ou des boots fines qui ne cassent pas la jambe, avec un minimum de talons pour vous donner de la hauteur et de l'allure. On se tient plus droite avec de belles chaussures ! Bien aussi : la robe-chemisier, la robe près du corps à porter avec des collants opaques et des bottes (Vanessa Bruno pour La Redoute), la robe à la coupe stricte mais à l'imprimé fort (Gérard Darel), plus adaptées qu'une baby-doll ou une robe blouse informe. Vous devez montrer que vous avez des formes et une taille.

Femme veut aussi dire "pantalon"
Méfiez-vous d'un changement de style trop radical : ne bannissez pas trop vite les jeans et les pantalons que vous aimez tant. Choisissez un jean "brut" qui se casse sur vos chaussures ou un pantalon cigarette de couleur qui s'accordera à votre humeur enjouée et à votre fantaisie (Madame à Paris) à porter avec des boots. Si vous devez fuir les ourlets trop courts, n'ayez pas peur du 7/8 qui révèle la cheville et du coup, allonge la jambe (Les Fées de Bengale). Portez vos pantalons (jean, toile, flanelle ou tweed) avec une chemise dans les mêmes tons, rentrés dedans, un t-shirt fin, un petit pull, un blazer cintré ou une veste en laine que vous ceinturez. Aux pieds: des talons de 5 centimètres (ou plus si vous êtes à l'aise). Vous pouvez aussi tenter le tregging en cuir ou en peau avec un top structuré. Le carreau ne vous est pas interdit si vous dégagez votre cheville et montrez une taille bien ceinturée.


vendredi 26 février 2016

Le bon matériel


Voilà le matériel que j'ai ou que j'aimerai avoir. J'ai eu l'occasion d'utiliser la plupart et c'est vraiment très pratique.

Traceur à poudre : pour relever le patron sur le tissus, marque sur tous les tissus, pas besoin de tirer sur les dissus délicats. J'adore ce petit truc.

La règle japonaise : sert à tracer des lignes droites, et reporter des mesures de 1 à 5cm sur de grandes distance grâce à sa graduation interne et à sa transparence

Le perroquet : pour tracer des courbes, par exemple si vous devez modifier votre patron et garder de belles courbes

Papier carbone : à utiliser avec la roulette pour tracer des courbes, par exemple si vous devez modifier votre patron : vous placer votre feuille de papier carbone entre le patron et le tissus, la face colorée vers le tissus, et vous passer la roulette sur le patron sur les parties désirées et elles se reporteront sur le tissusLa roulette : pour reporter les différentes indications du patron sur le tissus

Coupe-fils : super pratique pour cranter, surtout lors des incrustations. Après avoir testé plusieurs coupe-fils, c'est vraiment celui-là qui est le meilleur : le coupe-fil métal sans anneaux.

Aimant : bien utile quand on renverse par mégarde sa boîte à aiguilles. Pis faut avouer que des petites aiguilles on en retrouve partout. Cela sert aussi quand on casse une aiguille et qu'un petit bout s'engouffre dans la machine, surtout dans la surjeteuse

Le découd-vite : qui sert à défaire les coutures, ou ouvrir les boutonnières (mais dans ce cas, il faut faire attention à ne pas aller plus loin que prévu car ça découpe très bien aussi)

Retourne-col : je ne sais plus pourquoi j'appelle ça comme ça, ça ne sert pas à retourner les cols, mais surtout pour bien marquer les coins et les pointes

mercredi 24 février 2016

La Machine a Coudre !


La machine a coudre est le deuxième outil de la couturière après ses mains et aiguilles, connaitre un minimum concernant ce matériel est aussi indispensable que de connaitre la place du volant dans une voiture lorsqu'on veut la conduire.

1) LE SUPPORT DE PLAQUE

La plaque a aiguille est la piece dans laquelle l'aiguille de votre machine descend en formant le point. Elle est percée par deux fentes latérales par lesquelles les griffes d'entrainement du tissu apparaissent. La plaque possède également une ouverture pour le passage de l'aiguille. Sur la
plaque mème vous trouverez plusieurs indications (lignes gravées) en vous aidant de votre petite règle curseur, abaissez votre aiguille et mesurer la distance séparant l'aiguille de chacune de ces lignes. Vous vous en servirez comme guide de couture pour notamment coudre sans marquage.

2]  LE BRAS OU PLATEAU DE TRAVAIL

Le plateau est souvent suffisant, mais si vous avez hériter d'une table allonge ce n'est pas plus mal. Si celle-ci n'est pas fournie, alors ce peut être un achat utile pour certains travaux. La table vous offre un espace de travail complémentaire qui peut être utile pour certains travaux.

3]  LE SYSTEME DE GESTION DE LA CANETTE
3.1 Canette
Petite pièce en forme de cylindre, destinée a recevoir le fil. Elle est soit en métal, soit en plastique transparent, selon la grosseur du fil vous pourrez bobiner entre 30 et 60 mêtres de fil. Toutes les machines possède un système de bobinage de fil de canette.

3.2 Porte canette (boitier)
3.3 Crochet
L'ensemble "canette et boitier" s'appelle le plus souvent "navette", le boitier est compose d'une partie pouvant recevoir la canette autour d'un axe et possède en plus le ressort de tension du fil avec sa vis de réglage.
Une fois la canette montée dans son boitier, lorsque vous tirez sur le fil, la canette doit tourner dans le sens des aiguilles d'une montre. Le boitier comporte également une petite pièce métallique nommée on se sert de ce doigt pour augmenter la tension du fil de canette lorsque l'on fait des boutonnières par exemple.

3.3 Crochet
L'ensemble "canette et boitier" s'appelle le plus souvent "navette", le boitier est compose d'une partie pouvant recevoir la canette autour d'un axe et possède en plus le ressort de tension du fil avec sa vis de réglage.

Le crochet est une pièce en forme de demi-lune, vous pouvez le sortir de son alvéole, surtout lorsque vous devez nettoyer votre machine (a faire régulierement au moins toutes les 4 heures de couture ).
La navette est insérée dans cette pièce et vous devez la clipser afin qu'elle soit solidaire de l'ensemble.

4] LE SUPPORT D'AIGUILLE ET LE POSITIONNEMENT
Partie mécanique de fixation de l'aiguille. L'aiguille ne peut être mise n'importe comment, les aiguilles possèdent un coté plat de fixation, vous veillerez a ce que celle-ci soit bien positionnée, en général le coté plat toujours derrière. Vérifier votre propre système.

5]  LE SYSTEME DE TENSION DU FIL
Deux réglages sont nécessaires pour le fil, d'abord le fil de bobine qui est en général plus accessible puisqu'il s'agit souvent d'une roulette de réglage sur le dessus de la machine. La tension du fil de canette est plus délicate et généralement laissée au soin du technicien. Mais il est bon que vous en ayez une connaissance pratique.

La tension du fil de canette est fixée des le départ, mais il est bon parfois de la vérifier, vous pouvez le faire en réalisant cette opération. Placer la canette pleine dans le boitier, puis dans le crochet. Passer le fil dans le ressort et en le tenant laisser pendre cet ensemble. En tenant le fil donnez quelques secousses trés légères, l'ensemble métallique doit alors descendre doucement. La tension du fil de canette est réalisée par la modification de la tension du ressort a l'aide de la petite vis placée sur le boitier. Tourner vers la droite pour plus de tension, vers la gauche pour moins de tension

LE REGLAGE IDEAL
·      Si l'ensemble boitier+canette+crochet ne descend pas, la tension est trop forte.
·      Si l'ensemble boitier+canette+crochet descend sans secousses, la tension est trop faible.
·      Si l'ensemble boitier+canette+crochet reste stable ou descend a peine, en donnant quelques petites secousses, la tension est bonne.

Le réglage se fait par la petite vis qui se trouve sur le boitier, cette vis tient le petit ressort dans lequel passe votre fil, avant de toucher a quoi que ce soit repérer bien la position de la vis et modifier celle-ci dans le sens des aiguilles d'une montre pour donner plus de tension et inversement pour la diminuer.

L'utilisation d'une table de travail peut s'avérer utile, le plus souvent la table est optionnelle avec les machines a coudre, si vous avez la possibilité d'en avoir une je vous la conseille et surtout apprenez a l'utiliser pour toutes les pièces ou une assise plus large et plus stable que le seul bras de travail de la machine est nécessaire. Voyez la différence de stabilité de votre exercice obtenue avec ou sans table.

La piqure en bras libre est celle utilisant la machine sans table de travail, vous n'avez donc que comme support la surface du bras pour travailler, par contre vous pouvez piquer droit mais également en rond en faisant passer le tissu sous le bras.
Par exemple pour un ourlet de pantalon, votre bas de pantalon tournera autour du bras.




lundi 22 février 2016

La crop-a-dile!


Vous allez me dire qu'est ce que c'est ce truc au nom barbare??? C'est tout simplement un outil pour poser des oeillets et faire des trous (jfais des trous des ptits trous encore des ptits trous...).

Elle remplace donc votre poseur d'oeillets manuel, que ce soit le truc de base avec un marteau ou le silent setter ou autre. Fini donc de faire du bruit en posant les oeillets, de vous arracher le poignet à en mettre un...

La crop-a-dile existe en deux versions, la 1 et la 2
Et quelle est la différence entre les deux?

Et bien tout d'abord la taille! La crop-a-dile 1 est de la taille d'une grosse pince ou sécateur. Alors que la crop-a-dile 2 se pose sur la table est fait 19cm en hauteur et 25 cm en largeur.

Ensuite, et grâce à sa taille, la Crop-a-dile 2 peut percer des trous et mettre les oeillets jusqu'à 15cm !! Pratique donc quand on scrappe une page 30x30, on peut mettre des oeillets partout sur la feuille et même au centre!

L'autre avantage de la 2 sur la 1 est qu'elle peut percer des matières plus épaisses. J'ai testé le trouage de carton de calendrier de banque ou assurance (vous savez ces calendriers bien épais) et bien je n'ai pas eu de soucis!

Et je peux faire quoi avec?
Tout d'abord, et la première utilisation, poser des oeillets. Vou pouvez poser des oeillets de taille 1/8 et 3/16 (les deux crop a dile), des snaps (oeillets fermés sur le dessus). Et des gromlets avec la 2.

La crop-a-dile 1 perce le papier évidemment, la cartonette, le carton peut épais, les chipboards et le plexiglas.

Avec la crop-a-dile 2 on peut perforer le papier, la cartonette, le carton, le tissu, le cuir, le plastique, les chipboards, le plexiglas et même le métal (j'ai vu des photos de pots en inox percés à la crop-a-dile)!!
 
Et comment on s'en sert?

Vous faites votre trou avec une des deux petites encoches sur le coté (une encoche pour les trous de 1/8 (3 mm environ) et une de 3/16 (5mm environ)).

Vous choisissez la position du "cube" (à l'avant) en fonction de la taille de votre oeillet. Vous mettez votre oeillet dans le trou. Le mot "base" doit être en bas, le haut de votre oeillet sera donc vers le mot "top" qui est gravé sur le bord de la crop-a-dile 1.

Et on appuie et hop l'oeillet est posé sans forcer et sans bruit!!!!


samedi 20 février 2016

Une surjeteuse, à quoi ça sert ?


La surjeteuse sert à couper proprement le bord du tissu et à le surfiler, pour éviter les petits bouts de fils qui pourraient se former tout autour. Avec une surjeteuse, on peut aussi utiliser un point roulotté, qui correspond à un point de bourdon au bord du tissu. Ce point est utilisé pour faire des petites bordures en fil à la place d'un ourlet.
Les surjeteuses permettent également de coudre en même temps qu'on surfile, en jouant sur le nombre de fils et d'aiguilles utilisés. Dans ce cas, ça représente un gain de temps considérable. Mais attention, une surjeteuse ne remplace pas une machine à coudre ! Il y a des points qu'une surjeteuse ne peut pas faire.

Est-ce que c'est indispensable ?

Non. On peut très bien se passer de surjeteuse. Par contre, une fois qu'on a essayé, c'est très difficile de revenir en arrière. Certaines personnes font même tous les assemblages à la surjeteuse. La surjeteuse permet de gagner beaucoup de temps, avec une utilisation relativement simple - tant qu'on n'a pas à réenfiler tous les fils. Mais c'est un budget assez important, et quand on débute, ou qu'on ne fait de la couture qu'occasionnellement, il est facile de comprendre qu'on préfère passer un peu plus de temps plutôt que de se lancer dans un tel investissement.
Si on n'a pas de surjeteuse, on peut utiliser une autre méthode pour surfiler. Il suffit d'utiliser le point zigzag de la machine à coudre, en suivant tous les contours de la pièce, à 1,5 cm de la ligne de couture sur les surplus de couture. Pour les ourlets, placer le point zigzag à 3 ou 4 cm de la ligne de couture, sur le surplus d'ourlet. Ensuite, il faut couper au ras du point zigzag (sans couper les points eux-mêmes), de façon à ce que le zigzag soit au bord de la pièce de tissu.

Qu'est-ce qu'une surjeteuse?

C'est une machine permettant  de couper, piquer et surfiler les tissus en une seule opération afin d'obtenir des finitions de professionnels grâce aux différents points de chaînettes. Une surjeteuse permet de surfiler, assembler, faire des roulottés et des points décoratifs tels le flat-lock.
Les coutures effectuées sont élastiques et particulièrement adaptées aux tissus modernes comme le jersey et le lycra. Ceci est permis par le système de transport différentiel qui garantit des coutures plates sur des tissus fins tels les mousselines, le voile, l'organza...et des boucleurs, qui acceptent toutes sortes de fils, cordonnés et autres rubans ou élastiques.
Certains modèles font même un ourlet.

Le transport du tissu est effectué par une combinaison de griffes d'entrainement, un couteau supérieur mobile, un couteau inférieur fixe et deux boucleurs; un supérieur et un inférieur.
Selon le modèle une surjeteuse dispose de un ou deux doigts de maillage pour former les points overlocks.

Les différentes  gammes de surjeteuses
Les surjeteuses existent en deux, trois, quatre voire cinq fils. Les plus répandues ont quatre fils, soit deux aiguilles et deux boucleurs.
Il existe aussi des surjeteuses 4 fils avec points de recouvrement avec un troisième boucleur de chainette double ce qui permet de coudre à l'intérieur d'une pièce de tissu pour piquer un ourlet.

Un volant, comme sur la machine à coudre, permet de faire avancer le travail, lever, abaisser l'aiguille, mais on l'utilise très peu.
La surjeteuse, grosse consommatrice de fil, nécessite deux, trois ou quatre cônes ou de grosses bobines ménagères. Des bobines de fil de type industriel peuvent être aussi utilisées. Des cônes porte-bobines en plastique servent d’anti vibreur mais il faut les retirer lors de l’utilisation de bobines familiales et mettre des rondelles de maintien comme montré ci-contre
Des fils différents peuvent être utilisés pour les aiguilles et les boucleurs. Chaque fil passe dans un support de guide fil, puis dans un tenseur de fil. Quatre guides identifiés par un code de couleurs pour faciliter l'enfilage.
La procédure d'enfilage est spécifique à chaque surjeteuse et il faut respecter l'ordre conformément au mode d'emploi. On commence toujours par les boucleurs (supérieur/inférieur) pour terminer par les aiguilles.
Le parcours d'enfilage est repéré par des couleurs sur la machine. Ne pas oublier les disques de déviation des disques, les anti-vibreurs selon les bobines utilisées.